Le Réseau Espérance banlieues adapte son dispositif dans le contexte de crise Covid-19

Le réseau Espérance banlieues compte 17 écoles dans les quartiers sensibles. Elles accueillent aujourd’hui 700 élèves en France.

 

Dans le contexte du Covid-19, les impacts financiers de la crise, existants ou à venir, imposent à tous une vigilance sur la gestion des moyens. L’association du Réseau Espérance banlieues, ainsi que chaque école du réseau, doivent adapter leur dispositif afin d’assurer un équilibre pérenne de leur développement. Après avoir procédé à un examen des ressources nécessaires pour la rentrée 2020, l’association de l’école du Cours Alexandre Dumas à Montfermeil, en concertation avec le réseau, a dû prendre la décision difficile de fermer l’école.

 

Nous pensons avant tout aux parents et aux élèves de l’école, ainsi qu’aux professeurs et à toutes les personnes engagées à leurs côtés. Nous remercions vivement chacun des acteurs investis tout au long de ces huit dernières années.  Le Cours Alexandre Dumas, en étroite collaboration avec la mairie de Montfermeil, est pleinement mobilisé pour aider à trouver une nouvelle école pour chaque élève à la rentrée prochaine. Le réseau accompagnera également chacun des salariés pour identifier avec eux toutes les opportunités envisageables. A nouveau, nous tenons à remercier chacun d’eux pour leur engagement sans faille.

 

Le Cours Alexandre Dumas a été une école pionnière et une source d’inspiration. Le Cours a permis de préciser le modèle d’Espérance banlieues et avec l’appui du maire, il a contribué à améliorer l’offre éducative locale par une saine émulation et complémentarité. Il a également rayonné au-delà de son territoire : 16 écoles Espérance banlieues ont été créées en France par des acteurs de la société civile ; 4 professeurs de l’école de Montfermeil sont devenus directeurs d’autres écoles Espérance banlieues. Les écoles du réseau sont ancrées dans leur territoire, elles visent à recréer du lien social et diminuer les inégalités scolaires grâce à un investissement particulier de la société civile au sein de l’école. La contribution du tissu local constitue une donnée clé pour assurer la pérennité de chacune des écoles Espérance banlieues. Le Cours Alexandre Dumas, incubateur du réseau en 2012, avait une structure associative différente des autres écoles du réseau ; il n’a pas pu bénéficier de ressources financières propres et nécessaires à sa pérennité.

 

Le modèle, développé par le réseau Espérance banlieues en France, est plus que jamais nécessaire pour limiter les inégalités sociales et scolaires dans les quartiers sensibles. Ce modèle rappelle la pertinence d’une école comme lieu de confiance, d’altérité et de fraternité entre élèves, parents et professeurs. Pendant la période de confinement, les écoles Espérance banlieues ont activement contribué à limiter au maximum le nombre d’élèves en décrochage, scolairement et socialement. Dans ce contexte difficile, un lien fort entretenu avec les familles, ainsi que des petits effectifs au sein des écoles du réseau garantissent une relation privilégiée entre parents, professeurs et élèves. En accompagnant les familles des quartiers, l’ensemble des équipes sont toujours plus que jamais mobilisées auprès des 700 élèves aujourd’hui, et davantage demain, pour que chacun puisse grandir en confiance et trouver sa place en France car « chaque enfant est une promesse ».

Télécharger le Communiqué de presse

0 commentaires

Laisser un commentaire