La discipline positive

La discipline positive

La discipline positive, méthode d’encadrement dans les écoles Espérance banlieues.

Jean François Berne  nous explique dans cette vidéo comment il emploie cette méthode dans son quotidien de professeur de mathématiques au Cours Antoine de Saint-Exupéry, à Asnières.

Un des enjeux des professeurs du réseau est naturellement la discipline avec les enfants.
Pour cela, ils utilisent les préceptes éducatifs élaborés par la psychologue et éducatrice Jane Nelsen.
Il s’agit de la discipline positive qui s’appuie sur trois axes : la prévention, l’intervention et la réparation.

Prévention

Tout d’abord, il est important que les professeurs donnent l’exemple aux élèves. Et qu’ils les considèrent comme des personnes distinctes.

À Espérance banlieues, cette idée est d’abord exprimée par le vouvoiement mutuel entre les élèves et les professeurs. Le vouvoiement donne la possibilité à l’enfant d’enrichir son vocabulaire et d’employer un ton plus soutenu. Il lui permet aussi de se sentir considéré comme une personne responsable et digne de respect.

De surcroît, lorsqu’une situation conflictuelle se passe, le vouvoiement intervient comme modérateur. En effet, il facilite la mise en place d’une juste distance dans la relation entre les personnes. Celle-ci permet, d’ailleurs, de canaliser la tension. Inversement, lorsque l’élève reçoit une récompense ou est félicité dans son travail, le vouvoiement donne un aspect plus solennel.

L’intervention

Lorsque l’enfant se dispute avec un camarade ou perturbe la classe, le professeur doit, selon la méthode de discipline positive, marquer un temps de pause. Le professeur essaie de laisser retomber la pression et temporise la situation. Il n’est pas urgent d’intervenir tout de suite sous le coup de l’émotion. Mais il est judicieux d’attendre un peu, pour pouvoir communiquer et comprendre les agissements de l’élève. Il faut parvenir à instaurer une écoute active et mutuelle.
Cette communication va permettre de créer un lien de confiance et de bien-être envers l’élève et il sera plus à même de progresser, notamment sur ses erreurs. Ce n’est que par la suite que le professeur pourra établir une sanction.

La réparation

La sanction doit être proportionnée au comportement observé. C’est à ce moment que le temps de pause devient essentiel. Il apporte le recul et l’analyse suffisants pour trouver une punition adaptée à la faute commise. La sanction doit être annoncée au préalable et être raisonnable. Et surtout, elle doit être respectueuse de l’enfant.
Après la sanction, il est important qu’il y ait réparation. Écrire des lignes ou être privé de récréation n’est pas suffisant. La méthode de pédagogie positive prévoit la nécessaire prise de conscience, par l’enfant, de ses actes. C’est la raison pour laquelle, il est essentiel de demander réparation à l’élève. Par exemple en lui demandant de s’occuper pendant la prochaine récréation des plus petits au lieu d’aller jouer avec ses camarades.

En somme, le but de cette méthode est de réparer une mauvaise action en produisant une action positive.

Autres articles
0 Commentaires

laisser un commentaire