Espérance banlieues Reims : la Mairie répond

Le projet Espérance banlieues Reims a soulevé de vives réactions localement. Celles-ci sont restées isolées et orchestrées par l’opposition politique. Infondées et de mauvaises foi répond la Mairie.

La Mairie de Reims siffle la fin des hostilités en remettant les choses au clair.
Un groupe contestataire de la commune a dénoncé l’autorisation de la mairie d’installer l’école Colibri d’Espérance banlieues dans des bâtiments appartenant à la ville.

La Marie explique son choix :

Tout d’abord la municipalité explique que ce type de convention est en règle vis-à-vis de la loi. Contrairement à ce qui est précisé par l’opposition municipale, il ne s’agit pas dans le présent cas, d’un bail commercial mais bien d’une convention d’occupation précaire avec comme contrepartie, le versement par l’association d’une redevance, calculée sur une base correspondant à l’ensemble des utilisations de locaux scolaires par une association. L’association « Espérance Banlieues Reims » n’a donc aucunement été avantagée.

Puis la Mairie justifie leur choix. Laisser cette école s’implanter à Reims permet de trouver une solution  au problème du décrochage scolaire. Et d’aider au mieux les enfants en leur donnant une nouvelle chance. Cette opposition leur semble injustifiée alors que leur but est de faire évoluer au mieux l’environnement éducatif. Le but est de redonner goût aux enfants en difficulté d’aller à l’école. Et d’enraciner ces enfants issus de l’immigration dans la société française.

Il est de mauvaise foi d’avancer que l’école disposait pendant 6 mois, c’est-à-dire du 12 mars 2018 au 1erseptembre 2018, d’une gratuité dès lors que l’association n’occupera effectivement les locaux, conformément à  l’affectation qu’elle souhaite en faire, qu’à compter de septembre 2018. Quant à la prise en charge du grillage, il appartient à la personne publique d’isoler les immeubles destinés à l’enseignement public. C’est la loi. Cette charge ne peut être imposée à l’association dès lors que le grillage demeurera si celle-ci quittait les lieux et conditionne une occupation de locaux inutilisés. […] “

Lire la suite.

En savoir plus sur le Cours Colibri.

Autres articles
0 Commentaires

laisser un commentaire