Colloque 2016 : biographie des intervenants

INTRODUCTION

Patrick HETZEL
député du Bas-Rhin, membre de la Commission des Affaires culturelles et de l’éducation
Député du Bas-Rhin, Patrick Hetzel est professeur des Universités – agrégé des facultés de droit – et membre de la commission des Finances, de l’économie générale et du Contrôle budgétaire. Il fait également partie de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Spécialiste des questions liées à l’éducation et à la recherche, il a auparavant été directeur général pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle au ministère de l’Enseignement supérieur, ainsi que conseiller éducation, enseignement supérieur et recherche du Premier ministre François Fillon, entre 2007 et 2008. Entre 2005 et 2007, il fut recteur de l’académie de Limoges. Il a également présidé, en 2006, la Commission nationale du débat Université-Emploi, chargée de remettre un rapport au Premier ministre visant à rapprocher l’université de l’emploi.

Eric MESTRALLET
président de la Fondation Espérance banlieues
Après une formation d’ingénieur à l’École nationale des Arts et Métiers et un DEA de gestion, éric Mestrallet choisit de s’engager au service de la Cité comme collaborateur d’un sénateur. Il rejoint ensuite le privé tout en gardant un lien avec le service public, en créant une société de services aux entreprises et aux collectivités locales dédiée à l’Histoire. Son expérience l’oriente alors vers le domaine du conseil où il développe des compétences en stratégie opérationnelle au sein du cabinet Altis (absorbé par Ernst & Young, puis CapGemini). En 2005, il fonde le groupe Arthur Straight, spécialisé dans le conseil en stratégie opérationnelle et « origination » de projet. En parallèle de ses fonctions de dirigeant du groupe, il met ses compétences au service des défis éducatifs propres aux cités sensibles en créant en 2012 la Fondation Espérance banlieues, qu’il préside actuellement.

 

TABLE RONDE 1 :

PRÉAMBULE, L’URGENCE ÉDUCATIVE EN BANLIEUE

ANIMÉE PAR AÏDA TOUIHRI

Vidéo d’introduction :
L’urgence éducative en banlieue
par l’association Parents Professeurs Ensemble

Aïda TOUIHRI
journaliste – Le Grand 8 – D8/ Cité-Gagnant – LCP / Metronews
Lauréate du prix François Chalais du Reporter en 2000, Aïda Touihri intègre France Inter en 2001 après des études de psychologie et de journalisme. Correspondante en Algérie de 2004 à 2005 où elle collabore avec plusieurs médias (Jeune Afrique, Afrique Magazine, RMC, France Inter, Radio Orient, Arte), elle rejoint à son retour en France l’équipe de M6. Elle y lance le nouveau magazine d’information de la chaîne, 66 minutes, tout en assurant la rédaction en chef et la présentation du JT de 12.45. En 2012, Aïda Touihri prend la direction du magazine culturel Grand Public sur France 2 et rédige en parallèle une chronique hebdomadaire pour Metronews. Elle participe actuellement au Grand 8, talk-show animé par Laurence Ferrari sur D8 depuis 2015, tout en étant engagée pour l’émission de reportages en immersion Cité Gagnant sur LCP-AN.

Anne-Marie GARCIA
ancienne inspectrice de l’Éducation nationale dans l’académie de Créteil
Professeur certifiée de philosophie en 1977, Anne-Marie Garcia a enseigné dans le Pas-de-Calais et le Nord pendant douze ans en classes terminales toutes séries, y compris les séries technologiques. Cette expérience a été particulièrement importante pour la suite de son parcours : en effet, enseigner à des adolescents plutôt rétifs à la philosophie a nécessité une réflexion pédagogique plus approfondie sur sa pratique d’enseignante.
Elle a ensuite dirigé un collège en Seine-et-Marne pendant quatre ans. Désirant alors s’investir davantage dans la pédagogie et la formation des enseignants d’école primaire, elle est devenue inspectrice de l’Éducation nationale en 1994 : elle a été en poste successivement à Fontenay-sous-Bois, Neuilly-sur-Marne/ Neuilly-Plaisance, Noisy-le-Sec, et Montfermeil.

Jean-Marie PETITCLERC
prêtre et éducateur spécialisé
Ancien élève de l’École polytechnique (promotion 71) et éducateur spécialisé diplômé d’État, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco, a fondé en 1995 l’Association le Valdocco sur la dalle d’Argenteuil. Cette association, qui a ouvert des antennes à Lyon, Vaulx-en-Velin, Nice et Lille, mène des actions de prévention auprès des enfants et des jeunes des quartiers sensibles. Ancien membre du cabinet du président du conseil général des Yvelines et du ministre du Logement et de la Ville, il a écrit une trentaine d’ouvrages sur le thème de la jeunesse et de l’éducation. Citons en particulier Enfermer ou éduquer (Dunod) et Pour en finir avec les ghettos urbains (Salvator).

Laurent BIGORGNE
directeur de l’Institut Montaigne
Laurent Bigorgne est agrégé d’histoire et diplômé de Sciences Po. Il a nourri son intérêt pour l’éducation à travers les diverses responsabilités qu’il a endossées. Il a été directeur des études et directeur adjoint de Sciences Po et a également travaillé à la London School of Economics. Directeur de l’Institut Montaigne depuis 2011, il a notamment supervisé la publication de rapports analysant les problématiques propres à l’école, à l’enseignement supérieur ou à l’intégration. En voici quelques-uns :
Dix ans de politiques de diversité : quel bilan ?
Banlieue de la République
Les oubliés de l’égalité des chances
Vaincre l’échec à l’école primaire

 

TABLE RONDE 2 :

LES SOLUTIONS CONCRÈTES PROPOSÉES EN EUROPE

ANIMÉE PAR PETER GUMBEL

Peter GUMBEL
journaliste et écrivain
Après des études de langues, et une première expérience en tant que journaliste chez Reuters, le britannique Peter Gumbel sillonne pendant 16 ans diverses régions comme correspondant pour le Wall Street Journal. Il s’installe à Paris en 2002 et enseigne à Sciences Po depuis 2004, où il exerce la fonction de directeur de la communication entre 2011 et 2012. Son essai On achève bien les écoliers (2010) souligne les limites du système éducatif français, fondé sur une « culture de la négativité ». Dans son dernier ouvrage, Ces écoles pas comme les autres, à la rencontre des dissidents de l’éducation, il analyse diverses initiatives qui proposent des méthodes pédagogiques alternatives.

David LAWS
conseiller international d’Ark, ancien ministre d’état à l’éducation au Royaume-Uni
David Laws est Président du groupe Education Partnership au sein d’Ark International. Il est également Président de CentreForum, un institut de recherche et think tank indépendant consacré aux questions de politiques éducatives.
David Laws a été élu au parlement britannique de 2001 à 2015. Il était l’un des quatre libéraux-démocrates (parti Libéral-Démocrate) à avoir négocié l’accord pour le gouvernement de coalition constitué avec les conservateurs entre 2010 et 2015.
Entre 2012 et 2015, David Laws a fait partie du gouvernement britannique en tant que ministre d’état à l’éducation.
À propos de Ark : Ark est un réseau d’écoles privées et autonomes, largement soutenu par la puissance publique au Royaume-Uni, regroupant 34 écoles dans des zones urbaines dites « sensibles », comparables à nos banlieues en termes socio-culturels, démographiques et économiques.
Les écoles du réseau Ark sont caractérisées par un niveau d’exigence académique et scolaire élevé, une grande importance accordée à quelques matières fondamentales (anglais, mathématiques et histoire), une intransigeance sur les questions de comportement des élèves et de quantité de travail personnel à fournir au sein et en dehors de l’école.
Les écoles du réseau Ark sont régulièrement classées par l’OFSTED (organisme indépendant d’évaluation des écoles) parmi les meilleures du Royaume-Uni pour les résultats aux examens du brevet et du baccalauréat) et les taux de réussite à l’entrée des universités (processus sélectif au Royaume-Uni).

Andreas SCHLEICHER
directeur de l’OCDE
Andreas Schleicher est directeur de la Direction de l’éducation et des compétences, et conseiller spécial du secrétaire général, chargé de la Politique de l’éducation, au sein de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) à Paris.
En tant que membre clé de l’équipe de direction de l’Organisation, M. Schleicher appuie les orientations stratégiques du secrétaire général visant à élaborer des analyses et des conseils propres à promouvoir la croissance économique et le progrès social. Il promeut les activités de la Direction de l’éducation et des compétences sur la scène mondiale et favorise la coopération tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’OCDE. Outre les examens thématiques et nationaux, les travaux de la Direction incluent le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), l’Évaluation de l’OCDE des compétences des adultes (PIAAC), l’Enquête internationale de l’OCDE sur l’enseignement et l’apprentissage (TALIS), et l’élaboration et l’analyse d’indicateurs mesurant la performance des systèmes d’éducation (INES).

 

TABLE RONDE 3 :

ESPÉRANCE BANLIEUES, L’INÉDIT QUI FONCTIONNE

ANIMÉE PAR NATACHA POLONY

Vidéo d’introduction :
Des propositions de solutions
par l’association Parents Professeurs Ensemble

Natacha POLONY
journaliste et essayiste

Agrégée de lettres modernes en 1999 après un DEA de poésie contemporaine, Natacha Polony est diplômée de Sciences Po en 2002. Elle intègre alors les équipes du journal Marianne avant de rejoindre en 2009 le Figaro, au sein de la rubrique éducation. En parallèle, elle intervient régulièrement à la télévision, en tant qu’invitée dans des émissions comme Ce soir (ou jamais !) sur France 3 puis comme chroniqueuse dans On n’est pas couché sur France 2. En 2012, elle reprend la Revue de presse de 8h30 d’Europe 1. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’éducation en France tels que Nos enfants gâchés, petit traité sur la fracture générationnelle (2005), M(me) le président, si vous osiez… : 15 mesures pour sauver l’école (2007), ou encore École : le pire est de plus en plus sûr (2011). Elle a reçu les prix de littérature politique Edgar Faure en 2014 et du livre incorrect 2015 pour son essai Ce pays qu’on abat, chroniques 2009-2014 (Plon, 2014).

Vincent LAFONTAINE
directeur général de la Fondation Espérance banlieues
Officier général en deuxième section, après 40 années au sein de l’armée de terre avec des postes variés (de professeur à l’école de guerre au commandement en opérations extérieures notamment en Afghanistan et au Liban), Vincent Lafontaine a rejoint la Fondation Espérance banlieues comme directeur général pour participer au développement d’un réseau d’écoles destinées aux enfants des cités, afin de prévenir et lutter contre leur décrochage scolaire et de leur permettre d’épanouir leurs talents en apprenant à aimer leur pays, la France.

Christophe CERTAIN
directeur du Cours Frédéric-Ozanam à Marseille
Diplômé de l’EM LYON, Christophe Certain débute en tant que consultant en organisation au sein du groupe Alter&Go. Après cette expérience dans le conseil, il se lance dans l’entrepreneuriat en co-fondant Vélissime, PME de restauration collective à Paris, avant de se réorienter dans le domaine de l’éducation. Il dirige actuellement le Cours Frédéric-Ozanam, école du réseau Espérance banlieues ouverte il y a deux ans dans les quartiers Nord de Marseille.

Niels VILLEMAIN
directeur du Cours La Cordée à Roubaix
Après des études en philosophie et Ressources humaines, Niels Villemain commence à travailler en entreprise dans ce domaine. Il s’engage ensuite comme éducateur à la fondation d’Auteuil, puis participe au lancement du Cours Alexandre Dumas à Montfermeil, école pilote d’Espérance banlieues, en tant qu’enseignant-éducateur. Il dirige actuellement le Cours La Cordée, ouvert en septembre 2015 à Roubaix, qui fait partie du réseau des écoles Espérance banlieues.

Olivier KLEIN
maire de Clichy-sous-Bois
Professeur de lycée en sciences physiques de 1991 à 2011, Olivier Klein prend la responsabilité de principal adjoint au collège Jean-de-Beaumont de Villemomble entre 2009 et 2010. Il exerce depuis 2010 la fonction de secrétaire général du groupe Socialiste, Europe écologie Les verts et Gauche Citoyenne au conseil général de la Seine-Saint-Denis. Son engagement en politique s’incarne plus particulièrement au sein de la ville de Clichy-sous-Bois : il est délégué à l’enfance et à la jeunesse lors de son premier mandat (1995-2007) en tant que premier adjoint au maire, puis délégué à la Politique de la Ville et au Renouvellement urbain (2001-2011). Il exerce en parallèle le rôle de vice-président de la Communauté de communes puis de la Communauté d’agglomération de Clichy-sous-Bois / Montfermeil. Il succède en tant que maire (PS) à Claude Dilain en 2011.

Xavier LEMOINE
maire de Montfermeil
Après une première expérience dans la marine marchande et une formation en communication à l’IRCOM, Xavier Lemoine prend la direction de l’Institut de développement économique de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) de 1987 à 1989. Il devient ensuite directeur de cabinet auprès du maire de Montfermeil jusqu’en 2001, puis adjoint au maire. Il est élu maire de Montfermeil en juin 2002, fonction qu’il occupe encore à ce jour.
En parallèle, Xavier Lemoine assure de 1995 à 1997 le rôle d’assistant parlementaire auprès de Pierre Bernard, député-maire de Montfermeil. Il participe également à la reprise de la ville de Colombes en tant que chef de cabinet du maire entre 2001 et 2002. Membre puis vice-président du Conseil national des villes (CNV) de 2006 à 2013, il est actuellement président de la Communauté d’agglomérations Clichy-sous-Bois / Montfermeil, vice-président Finances territoire grand Paris grand Est, ainsi que conseiller métropolitain de la métropole du Grand Paris depuis 2016.

 

TABLE RONDE 4 :

PERSPECTIVES POUR UN DÉPLOIEMENT DANS TOUTE LA FRANCE ET PLAN DE FINANCEMENT

ANIMÉE PAR TANNEGUY LARZUL

Vidéo :
Intervention de Jean-Michel BLANQUER
directeur général du groupe ESSEC et ancien directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’Éducation nationale

Tanneguy LARZUL
ancien recteur et ancien directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Éducation nationale
Professeur des universités, Tanneguy Larzul obtient un doctorat de droit en 1991 puis l’agrégation de droit public en 1992. Il prend ensuite des responsabilités dans l’enseignement supérieur : après avoir été président de la section de droit public de l’université de Guadeloupe de 1992 à 1994, il dirige l’Institut d’études politiques (IEP) de Rennes de 1999 à 2004. Il rejoint ensuite l’école spéciale militaire de Saint-Cyr et les autres écoles de Coëtquidan en 2005 en tant que directeur général de l’enseignement et de la recherche, avant d’être nommé recteur de l’académie d’Amiens et chancelier des universités jusqu’en 2008. Il rejoint alors le cabinet de Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale, en tant que directeur adjoint, puis dans les mêmes fonctions celui de Luc Chatel entre 2009 et 2010. Conseiller d’état, il est rapporteur à la section des finances.

Olivier MARCHAL
Président du bureau de Paris Bain & Company
Diplômé de l’ESSEC (1981) et d’un MBA de la Wharton School (1986), Olivier Marchal intègre en 1981 la COGEMA au Gabon en tant que responsable administratif et financier. En 1982, il rejoint la First National Bank of Boston. Il y assume les fonctions d’analyste financier, de membre du Comité de Crédit puis de « Loan Officer ». Il s’engage ensuite comme consultant chez Bain au bureau de Londres en 1986, puis participe à la création du bureau de Bruxelles en 1990, avant de rejoindre le bureau de Paris en 1993 où il est nommé directeur en 1998. Il dirige ce bureau entre 2001 et 2008 avant de devenir le directeur général de la zone Europe, Moyen-Orient & Afrique entre 2008 et 2013. Actuellement président du bureau de Paris, il a conduit en 2015 une étude sur les possibilités de déploiement d’un réseau d’écoles pour la Fondation Espérance banlieues.

Eric MESTRALLET
président de la Fondation Espérance banlieues
Cf. introduction

Natacha POLONY
journaliste et essayiste
Cf. table ronde 3

 

CONCLUSION

Jean-Louis BORLOO
président d’énergies pour l’Afrique, ancien ministre
Titulaire d’une licence de droit et de philosophie, Jean-Louis Borloo poursuit sa formation par un MBA à HEC. Après une carrière d’avocat au barreau de Paris, il s’engage en politique avec Génération Écologie en 1990, avant d’intégrer l’UDF, l’UMP, puis, dernièrement, le Parti radical. Élu maire de Valenciennes en 1989 (il le restera jusqu’en 2002), il devient membre du Parlement européen avant de rejoindre l’hémicycle de 1993 à 2012 pour représenter la 21e circonscription du Nord. Appelé par Jacques Chirac comme ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine en 2002, il occupera des fonctions ministérielles de manière ininterrompue jusqu’en 2010 (ministre de l’économie, des Finances et de l’Emploi de 2007 à 2008 sous le premier gouvernement Fillon notamment). Il est élu en parallèle président du Parti radical en 2005, responsabilité qu’il assume jusqu’en 2014. Il met cette même année un terme à ses différents engagements politiques. Il préside désormais la Fondation énergies pour l’Afrique qu’il a créée. Ce projet vise à lancer une structure panafricaine pour électrifier l’Afrique en dix ans avec l’aide de la communauté internationale.

Alexandre JARDIN
écrivain et fondateur de l’association Bleu Blanc Zèbre
À seulement vingt ans, Alexandre Jardin publie son premier roman, Bille en tête, qui obtient le prix du premier roman en 1986. Diplômé de Sciences Po, il réalise les films Fanfan et Oui, tout en étant chroniqueur au Figaro, puis à Canal+. Son deuxième roman, le Zèbre, est salué par le prix Femina en 2008. Chaque femme est un roman (2008) et Des gens très bien (2011) sont ses deux derniers ouvrages, outre son essai Laissez-nous faire ! On a déjà commencé (2015).
En parallèle de sa passion pour la littérature, Alexandre Jardin s’engage dans plusieurs initiatives. En 1999, il crée avec le journaliste Pascal Guénée l’association Lire et Faire Lire qui vise à faire intervenir dans les écoles des bénévoles de plus de 50 ans pour faire découvrir le plaisir de la lecture aux enfants. Mille Mots, association qu’il lance en 2002, propose à des bénévoles retraités d’intervenir en prison. Parrain d’Unis-Cité, qui envoie des jeunes en service civique, il est aussi à l’origine du mouvement citoyen Bleu Blanc Zèbre qui défend les solutions concrètes apportées par la société civile à des problèmes de diverses natures. La Fondation Espérance banlieues fait partie du « bouquet éducation » de cette association.

0 commentaires

Laisser un commentaire