seize-eleves-vont-poursuivre-leur-scolarite-a-l-ecole-privee-esperance-banlieue-photo-d-archives-elodie-horn-1482871738

Pierre-Bénite : Espérance banlieue, le retour des valeurs ?

Levée des drapeaux français et européen, tenues vestimentaires réglementées, classes de dix à quinze élèves : le but de ces établissements est de lutter contre le décrochage scolaire et de tout faire pour que ces jeunes s’approprient les valeurs de la nation. À Pierre-Bénite, le directeur est un ancien colonel de l’armée de l’Air.

Seize élèves vont poursuivre leur scolarité dans l’école privée d’Espérance banlieue, ouverte cette année à Pierre-Bénite.

La fondation, née en 2012, a lancé son école pilote à Montfermeil la même année. Depuis, son réseau s’est agrandi. À la rentrée prochaine, elle comptera six établissements.

Malgré les critiques, Espérance banlieue assure être complètement apolitique et non confessionnelle. La fondation est financée par des dons d’entreprises et de particuliers. « 15 à 20 % du coût de formation dans l’établissement est financé par les familles et le reste par des privés, qui peuvent aussi bien être des entreprises que des particuliers », souligne Francisque Reboullet, son président. Il reste 75 € par mois et par enfant à la charge des parents, incluant le prix de la formation et des fournitures scolaires.

Et à Pierre-Bénite, la majorité a décidé d’accompagner ce projet en louant un ancien bâtiment municipal. Un coup de pouce qui a du mal à passer du côté de l’opposition municipale, qui regrette que la mairie se soit engagé sur un bail de 99 ans. Du côté des parents en revanche, les impressions sont plutôt bonnes. « Avant, mon fils allait à l’école à reculons. Désormais, il est vraiment à l’aise, je le sens mieux moralement et il faut dire qu’il y a un véritable suivi. »

Source : Article texte Le Progrès du 28 décembre 2016

Voir l’invitation (doc .pdf)
Autres articles
0 Commentaires

laisser un commentaire